What I do on sundays

Currently my sundays are quite boring from a certain point of view, and sometimes hurtful. They include a lot of self-reflection. I’m looking for a new job, so I spend a lot of time THINKING, and analyzing what I like to do, what I can do, what I want to do, etc.

There is a difference between having a diploma in Architecture and being an Architect. Right now, and these past 6 years, I consider myself and is considered an architect. That is what says my diploma, so that’s what I am. But in fact, it is slightly more complex than that. Architect is what I can be. But I can be so much more.

Albrecht Dürer used the image of an architect to personify melancholia. How fun is that? Also it seems Google doesn’t know architects don’t use that much paper nowadays.

As I’ve already discussed with some of my peers, our studies mainly taught us how to solve problems and synthesize. An architect is someone who does just that, in the field of construction.

These past four years, I did just that in the field of audiovisual equipments, related to construction and buildings.

Now, I want to do just that in another way. And I spend my sundays trying to define what could be that other way.

think hard

I watched a few TED Talks as a starting point, then I document myself on the people featured in TEDs, and some of them did a lot of great things and produced content available for free, or have blogs. (the famous Simon Sinek or Emily Wapnick are some examples).

I listen to podcasts on personal development or self-help. I don’t like those words but that’s what it’s called. You are supposed to grow and develop your whole life, and those words make it seem like it’s a phase or a conscious choice which is supposed to lead you somewhere. I don’t usually “apply” what is advised but I find interesting seeing things from a different perspective.

That’s what I try to do, change my perspective. And gosh, how tiring this is!

As a result, I write motivation letters to companies that have nothing to do with architecture whatsoever, trying to convince people that they need me (as in fact I need them too).

cassandra comics

Cassandra Calin comics

Advertisements

Bits and bobs #1

Bit and bobs. I’ve always liked this english expression. I don’t know why. Maybe because in French, bob is used to name a kind of hat. The kind my mom used to force me to wear at the beach when I was a kid, with an elastic under the chin to prevent it to fly away with the wind.

kid with bob

That’s not me but the scenery is almost exact (except Finding Nemo did not exist at that time.)

Diploid

 

I had a coffee with friends this morning and one of the girls I was meeting for the first time told me “Hey, you have a blog don’t you? I used to read it, it was cool.” Gosh, that was unexpected. So, I’m back at it. Just like that. Thanks Alizée, we’ll see how it goes.

Shout out to Diploïd for the cutest latte art.

 

I spent 3 days in Paris with my family a few weeks ago, and I took advantage of a walk along the Canal Saint Martin to go back to this bookshop I like very much: Artazart. The selection gravitates towards photography, design, architecture, illustration etc.

I couldn’t get out of the shop without buying something so I chose this little gem, about Rakugaki. It basically is a quirky and unconventional drawing learning method,  to easily learn to look at and represent the world around us. It was invented by a japanese graphist and illustrator, Bunpei Yorifuji. I want to read it cover to cover before giving it a go.

I love the little panda on the cover saying “Buy me!”.

 

Images are from the Facebook page of B42 editions.

My avocado tree is doing great. It needs to be planted in proper soil. I learnt a bit late that I could make it more “bushy” by choping off the stem at some point. I did it quite recently, so it should now grow 2 stems instead of one. It’s possible to repeat the process on the new branches after new leaves have grown.

 

 

I finally hung up those frames. The lithographs all come from Le Bois Debout, in Vieux Lyon. This shop is specialized in old and modern engravings.

frames

I made the triptych by putting together 3 japanese pieces, all details of kimono prints. The two other lithographs were stored in two different trays in the shop, so I was quite impressed when the owner told me “You have a good eye, they are both from the same artist!”. They are from around 1900, by J. Habert Dys. The one on the right shows hanging bats, the one at the bottom are scorpions fishes (at least that’s what it looks like). You can’t see it on the picture but there is some golden in it too.


It is sunday, 5pm. I’m happy I dedicated time to write this. I can now start the usual week end chores (aka cleaning…) with a free mind. I will listen to a podcast as usual (a free mind? who am I kidding!). The next post here will probably be a list of the podcasts I listen to regularly.

Have a relaxing sunday night!

Sweet sweat

Ce soir, c’est ma soirée solo, celle où je regarde Big little Lies, où je traine sur Youtube. Exceptionnellement, j’ai eu envie de faire du shopping en ligne, parce que l’automne arrive doucement, et j’ai envie de porter des sweats. Mais je n’en ai plus, j’ai fait du tri et mes vieux sweats sont tous partis chez Emmaüs. Ce soir donc, Asos me voilà!

OBJET: Je cherche un sweat de coupe basique, plutôt uni de couleur vive, 100% coton, et pas fabriqué au Bangladesh.

HYPOTHÈSE: Ça ne me semble pas impossible à trouver, surtout sur Asos. J’ai choisi ce site car il est multi-marques et fourni.

EXPÉRIENCE: Je lance ma recherche dans la section Vêtements Femme, en mettant quelques filtres, #sweat-shirt #jaune #bleu #orange #noir etc.

Sweat meuf

OBSERVATION:  Il y a beaucoup de sweats avec des coupes déstructurées, des cut-outs, des crops, des manches ballons, etc. Pour la coupe basique on repassera.

Le violet est définitivement une couleur à la mode. Les couleurs primaires, apparemment pas.

Mais surtout, les illustrations ne me permettent pas de me faire une idée de ce à quoi ressemble le dit-sweat. Sachant que je passe mes journées assise dans un bureau, et mes week-ends vautrée sur un canapé ou à marcher (ai-je besoin de préciser le ratio…?), j’ai donc rarement la main sur la tête, ou sur la hanche, ou les mains jointes, et je tourne rarement sur moi-même (ou alors assise sur ma chaise de bureau, merci Haworth). Ça ne me donne pas envie de cliquer plus loin.

CONCLUSION 1: Shopper un vêtement basique n’est finalement pas si évident.

HYPOTHÈSE: J’ai déjà pris l’habitude de lorgner au rayon Homme pour les sweats que j’achète en real-life (plus à mon goût, plus épais, plus 100% coton, moins chers). Peut être trouverai-je plus facilement une réponse à ma requête #sweat sur la section Homme d’Asos.

EXPÉRIENCE: Je lance ma recherche dans la section Vêtements Homme, en mettant quelques filtres, #sweat-shirt #jaune #bleu #orange #blanc etc. Bonus: chez les hommes on peut sélectionner une coupe. Va donc pour #standard.

Sweat mec

OBSERVATION: Les couleurs primaires sont là.

La coupe basique aussi.

Les gars se tiennent droits, leurs mains suivent la loi de la gravité.

CONCLUSION 2: J’ai trouvé trois sweats qui me plaisent. (Et comme d’habitude, ils sont 100% coton, ont l’air plus épais, et sont moins chers que du côté des filles.)


A-t-on pas bientôt fini de nous prendre pour des andouilles, nous les Fâmes?

S’habiller éthique, ma logique.

Cela fait maintenant environ 2 ans que j’ai arrêté de consommer de la fast fashion, c’est à dire de fréquenter les enseignes telles Zara, H&M, et compagnie. Et cela pour plusieurs raisons:

  • J’achetais relativement beaucoup de vêtements chaque année, le style et la qualité de ces vêtements ne me permettaient pas de les conserver et les porter plus d’une saison. Ils s’abîmaient rapidement et n’étaient plus au goût du jour un an après.
  • J’ai ouvert les yeux sur les conditions de fabrication et l’impact écologique de la majorité de ces vêtements en visionnant plusieurs documentaires. De même concernant les conditions de travail des ouvriers du secteur textile. Vous en aurez certainement déjà entendu parler mais je listerai quelques uns de ces documentaires en fin d’article.
  • J’avais un nombre conséquent de vêtements et pourtant je portais toujours les mêmes.
  • J’ai découvert un jour que l’un de mes jeans préférés avait été fabriqué au Bangladesh. Ce jean avait-il été produit dans l’immeuble Rana Plaza qui s’est effondré en 2013 faisant au moins 1127 morts et un millier de blessés? Avais-je involontairement contribué à cette catastrophe humaine?

J’ai donc décidé d’être de façon générale plus regardante sur mes achats:

  • Me renseigner sur l’éthique de la marque: pays de fabrication, conditions de travail des ouvriers, conscience et méthodes pour réduire de l’impact écologique, etc. Si la marque ne dit rien à ce sujet, c’est plutôt mauvais signe. Mais pas toujours. Par exemple, la maque Bonobo jeans a une gamme Instinct qui est éco-conçue mais ils en parlent assez peu. Il faut donc fouiller un peu. Cela peut paraître fastidieux, mais il suffit de la faire une fois pour chaque marque!
  • Vérifier les matériaux (sur l’étiquette). En gros, les matières textiles se divisent en deux catégories: les fibres naturelles, qui sont d’origine végétale (coton, lin) ou animale (laine, soie), et les fibres chimiques que constituent les matières artificielles (viscose, lyocell) ou les matières synthétiques (polyester, acrylique). Je vous laisse consulter l’article extrêmement bien fait de Happy New Green intitulé Quelles matières textiles choisir? qui vous renseignera sur les méthodes de fabrication des fibres chimiques (certaines font froid dans le dos), et précise les matières à privilégier et celles à éviter. Pour ma part, je n’achète plus de matière synthétique (de toute façon, ces matières me font transpirer…).
  • Vérifier le pays de fabrication (toujours sur l’étiquette). C’est là qu’il est important de s’être renseigné sur l’éthique de la marque de prime abord. En effet, simplement boycotter le Made in China est une mauvaise idée, car vous boycottez par la même occasion les usines qui font des efforts pour rémunérer correctement leurs employés et leur offrir des conditions de travail décentes. Ce sont ces usines (et leurs clients) qui feront petit à petit changer les choses et il faut donc les y aider.
  • Être plus regardante sur la qualité, notamment pour les grosses pièces (pulls, vestes, manteaux) ou les basiques (tee-shirts que je porte sous les pulls en hiver, débardeurs quotidiens l’été) pour que mes vêtements durent plus d’une année.
  • Mieux réfléchir à l’ensemble de ma garde-robe avant d’acheter une pièce. J’étais la spécialiste pour acheter des pièces qui s’avéraient ensuite ne s’accorder à rien de ce que je possédais déjà. Aujourd’hui, je me suis rendue compte que j’ai un style assez basique et sportswear, avec des couleurs plutôt neutres, surtout en hiver. Cela ne m’empêche pas d’acheter un tee shirt rouge à motif, mais en étant sur que j’ai déjà le jean de la bonne couleur pour aller avec.

Je ne pense pas toujours à tout, je l’avoue. Parfois quand un vêtement me plait beaucoup, j’oublie l’une des étapes que je me suis fixée (en général, vérifier le pays de fabrication). Si j’ai eu une mauvaise journée et que je ressens l’envie de faire ce que l’on appelle du shopping compensatoire (personne n’est parfait), je m’autorise un tour dans un magasin, mais plutôt chez Zara, comme ça, une fois que j’ai regardé les étiquettes, je repose tout et je n’achète rien! Ou alors je m’offre un livre.


Vous trouverez ci-dessous les documentaires ou émissions qui ont eu le plus d’impact sur moi concernant l’impact écologique et humain du secteur de la mode et de l’habillement:

Sweatshop – Dead Cheap Fashion Il s’agit d’un documentaire norvégien sous forme de téléréalité. Trois jeunes bloggeurs sont envoyés au Cambodge pour passer un mois dans la peau de travailleurs du secteur textile. Ils y découvrent les conditions de vie des ouvriers, les conditions de travail (8 heures assis devant une machine à coudre à réaliser inlassablement les mêmes gestes jusqu’à en avoir mal partout dans une chaleur étouffante, sans pause), le salaire (0,60$ pour une robe vendue 50$), etc. L’aspect télé-réalité est assez présent (Anniken chouine pas mal, Frida est révoltée, etc.), mais je trouve que ça vaut le coup. Les 5 épisodes sont courts, et ont le mérite de bien résumer la situation.

The true cost est un documentaire britannique qui se penche sur l’impact humain et écologique de la consommation de fast fashion. Très difficile à résumer tellement il est complet,c’est le documentaire qui m’a le plus marquée. Il explore la vie des travailleurs, les maladies dont ils sont victimes à cause des pesticides, leurs suicides, etc. Vous y verrez des usines de traitement de cuir rejeter des eaux contaminées et bleues dans la rivière qui alimente en eau “potable” des centaines de village et des enfants boire cette eau; vous y verrez une femme trier nos vêtements retournés au Bangladesh pour y être broyés, recyclés et recomposés en fil se demander si en Occident nous n’avons pas d’eau pour laver nos affaires tellement les vêtements qui reviennent au Bangladesh en container lui semble en bon état.

 

Pourquoi est-ce que … ? #1

Je me pose beaucoup de questions au quotidien, sur tout et rien. J’ai eu envie de consigner ces questionnements quelque part. (N’hésitez pas à partager les vôtres, plus on est d’excités du cerveau plus on rit.)


Pourquoi est-ce que le caissier du supermarché n’évite pas tout simplement d’imprimer le ticket de caisse, au lieu de me demander si je le veux avant de l’envoyer directement à la poubelle ? J’ai mal au coeur quand je le vois chiffonner ce bout de papier qui aura eu une durée de vie de 3 secondes et demi et viendra inexorablement alimenter le tas de déchets planétaire. Il faut combien d’arbres pour fabriquer un rouleau de papier à ticket de caisse?

Pourquoi est-ce que le couple d’hommes qui prend le tramway en même temps que moi le matin ne s’embrasse pas en se souhaitant bonne journée avant que l’un des deux ne sorte du tram? J’espère que c’est simplement parce qu’ils ne sont pas très démonstratifs, pas parce qu’ils auraient honte ou peur des réactions des gens qui n’acceptent pas l’homosexualité. (Si vous n’êtes jamais tombé sur le sujet, je vous invite à vous renseigner sur la différence entre “accepter” et “tolérer”, c’est très intéressant.) 

Pourquoi est-ce que j’ai découvert seulement cet hiver que le rêve de ma mère c’est d’aller visiter l’Oregon et y voir des ours? Moi je rêve d’aller à Portland, OR. (Il y a deux villes qui se nomment Portland aux USA, l’une en Oregon, l’autre dans le Maine) Le slogan de la ville, Keep Portland weird, m’a toujours intriguée! J’ai donc proposé à ma mère que nous y allions toutes les deux dans l’année qui vient. J’espère que cela se fera, nous ne sommes pas très proches avec ma mère même si parfois on a de grands fous rires toutes les deux. Ce serait l’occasion de mieux se comprendre et de se découvrir. Il ne manque plus qu’elle accepte de partir sans mon père et mon frère, qu’elle accepte l’une des deux périodes que j’ai proposé (automne ou printemps prochains), et qu’elle s’y tienne que je puisse organiser tout ça. A Noël, elle m’a offert le livre pour enfant qui lui a donné envie d’aller en Oregon il y a presque 30 ans (elle est institutrice), c’est un début!

 

Interior design blogs mess up your head

I wrote this post a long time ago, maybe a year from now. When I was still writing in English and spending a lot of time on blogs. But what’s the point to keep it in the Drafts file? So here it is.


Do you browse an incredible number of lifestyle and home decor blogs? Do you feel like you need this and that in your interior? Is the scandinavian trend your favorite? And the boho syle? Or maybe the mid century modern astmosphere?
If your answers are yes, then like me, all these blogs are messing with your head.

Often after visiting my favourite design/interior/home decor/lifestyle blogs, I feel inspired. Inspired because I can totally picture my living room in this perfect scandinavian style. I mean, I already have wooden floors and a mantel, that’s a start right?
3850861
Eklund4-600x601

How to achieve this style? I can start by buying cool black and white posters, and maybe some graphic pillows. But then Eames chairs? like everybody else who has the money?
And what am I supposed to do with my boring existing pillows? and the coffee table that I bought at a flea market and that I really like? Do I have to paint it black or white?

Then I scroll down.

Boho style
Jungalow_HQ_11

OMG I love those pillows! ahem, what about the minimalist black and white? Neh, I like colored pillows more than black and white. Maybe the boho trend suits my style better after all. And I already have a colored kind-of-moroccan rug that is actually spanish and handmade. That’s a start again, right?

Oh! Here is a test to “define your interior style”. Perfect, I’m “warm industrial”. So I can have the colored pillows AND my reclaimed coffee table.


Since this post was initially written, I visit interior design blogs a lot less, and I finally bought a new diner table and chairs that are about to be delivered in the coming weeks. And they don’t belong to any trend!

Conformité sociétale et travail ostensible

Il y a quelque chose qui me chagrine aujourd’hui. Cela me chagrinait déjà en 2016, ça continuera de me chagriner en 2017. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à respecter mes horaires de travail contractuels? Pourquoi est-ce que je ne pars pas du boulot à 17h?

Plusieurs raisons me viennent en tête, sans ordre d’importance.

Parce que la charge de travail est trop importante pour être réalisée en une journée de 7h.

Parce que le travail est mal organisé et mal anticipé.

Parce qu’il y a ça à faire “urgemment, c’est pour ma réunion de demain”. (Pas la mienne évidemment).

Parce que j’ai toujours un peu peur qu’on me demande des comptes si je pars “à l’heure”. Au moins les jours où j’ai sport et que je pars à 17h30, je sais quoi dire. Pour les autres jours, je ne sais pas trop. “J’ai une vie en dehors de ce bureau” pourrait faire l’affaire, mais ce n’est pas si facile. D’ailleurs les autres, ils n’en ont pas de vie? Les patrons, même une fois rentrés chez eux, ils continuent de travailler, alors j’imagine qu’ils ne peuvent pas comprendre. Ils ne peuvent plus.

Parce que parfois j’en ai marre de travailler, alors je fais une pause en allant traîner sur le Web (il fait froid dehors en cette saison), mais ce n’est ni qualitatif ni reposant, et ça me met seulement encore un peu plus en retard.

Parce que mes collègues ne sont pas regardant sur leurs horaires, eux. Ou en tout cas, ils ne le montrent pas. J’essaie néanmoins de faire ce que je peux pour que ma collègue en alternance ne prenne pas le mauvais pli. Je lui ai expliqué que si elle travaillait samedi sans que le patron le lui ai expressément demandé, elle ne serait pas payée pour ces heures-là. Elle ne savait pas. (Qu’est-ce qu’on leur apprend à l’école?! Certainement pas à lire une convention collective. Moi non plus on ne m’a pas appris, remarque.)

Parce que mon collègue de 50 ans arrive au bureau vers 8h, parfois plus tôt, et n’en part qu’à 19 ou 20h, parfois plus tard. Sans que cela ne lui soit jamais demandé. Sans que cela ne lui soit jamais payé.

Parce qu’au moment où j’enfile ma veste, on me dit “et tu m’as fait le PDF?”.

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/72/5b/bb/725bbb1cd1189c4f10890617c65fb090.gif

Mon patron au moment où je pars.

Parce que j’aurais peur qu’on croit que j’en fais moins que les autres, ou que je suis moins impliquée. Alors que c’est loin d’être le cas, et je sais qu’ils le savent. Mais parfois ils font comme s’ils ne savaient pas.

Parce que dans mon métier, comment savoir quand le travail est fini? On peut toujours en faire plus.

Parce que mes patrons laissent mon collègue de 50 ans travailler encore et encore. Et que ça me fait peur. Parce que c’est se voiler la face sur les besoins de l’entreprise en termes de main d’oeuvre et profiter de la gentillesse des autres, et ce n’est pas très honnête.

J’ai toujours admirer mon ami Guillaume, sur mon ancien lieu de travail, qui partait toujours à l’heure. Les autres ne se gênaient pour le critiquer parfois, comme si c’était mal de respecter son contrat. Je n’aimais pas travailler là bas. A 18h c’était à qui osera le premier se lever de sa chaise pour partir. Personne n’osait, on pouvait attendre longtemps comme ça. Pas Guillaume, lui il était déjà parti. Lui il avait de suite annoncé à son entretien qu’il avait des activités en dehors du boulot et que les charrettes ça devait rester plus qu’exceptionnel. Il le respectait, les patrons le respectaient.

Mais voilà, il y a là dedans quelque chose qui m’interroge quand même. Est-ce qu’on ne peut partir du travail que si l’on a une raison ou une excuse? Est-ce que mes collègues féminines et moi on doit attendre d’avoir des enfants à aller chercher à la crèche pour pouvoir dire “bonne soirée, à demain!” à 17h? Est-ce que c’est pour ça que mon collègue de 50 ans reste si tard? Parce qu’il n’a pas “mieux à faire ailleurs”.

Apparemment ces choses-là ont un nom: le travail ostensible (conspicuous work), la conformité sociétale, etc.

Afficher l'image d'origine

Malgré tout ça, je considère mes conditions de travail meilleures que lorsque je travaillais en agence d’architecture. Je suis mieux payée et mieux considérée. Mais je me rends compte que pour moi, ce n’est pas encore assez.

Malgré tout ça, j’aime beaucoup mes collègues, on se comprend et on se marre bien. Les journées sont longues quand certains sont en déplacement.

Malgré tout ça, j’ai l’impression que mes patrons font de leur mieux. Mais ils ne se remettent pas assez en question, et ils ne s’en rendent pas compte.

 

Pourtant, je veux plus de temps.

Plus de temps pour lire, pour bricoler, pour penser à autre chose, pour dormir, pour regarder des films, pour prendre l’apéro, pour que mon cerveau puisse faire la transition entre le travail et le reste.

C’est ça, je veux du temps de cerveau, et aussi du temps pour rien, du temps sans raison particulière.

Et je veux plus de liberté. La liberté de respecter mes droits du moment que j’ai rempli mon devoir.

daughterofthewoods

daughterofthewoods.blogspot.fr