Sex And The City, 10 ans plus tard

Il y a quelques temps, après une après-midi shopping sous la pluie avec une amie (ce qui est rare. Le shopping avec une amie, pas la pluie), je me suis retrouvée à passer un samedi soir en tête à tête avec moi-même. Quelle aubaine! J’allais pouvoir me vautrer sur le canapé avec un bol de porridge en regardant un de ces films que l’Homme ne veut pas voir. Un film mouais, et pourquoi pas une série tiens. Stranger Things regardée en solo cet été m’y a redonné goût. J’ai eu envie de quelque chose de plus engageant qu’un film de 2h, mais moins qu’une série de 24 épisodes de 45min. Et là, d’un coup, l’après midi passé avec ma copine féministe a fait son oeuvre, j’allais regarder Sex and the city! (Je doute qu’elle aime la série cela dit, il faudra que je lui pose la question).

 

sex-and-the-city

For the record: Miranda, Charlotte, Carrie et Samantha.

J’ai de vagues souvenirs d’avoir regardé épisodiquement cette série quand j’avais 16 ans, et que je n’avais pas envie d’aller sagement me coucher après la Trilogie du Samedi. Ça parlait beaucoup de sexe, d’hommes, de chaussures, etc. le tout noyé dans la vie quotidienne de 4 amies célibataires. Ça doit être à cette époque qu’est apparu le mot “célibattantes”. J’ai le sentiment que je n’ai pas compris à l’époque l’engouement pour cette série, et en ai conclu que j’avais dû passer à côté de quelque chose. A 28 ans aujourd’hui, je correspond surement mieux à la cible qu’à 16 ans. Ce sera sympa de voir ce que ça donne en VO aussi, let’s give it a try!

Me voilà donc à télécharger la saison 1 pendant que le porridge mijote.

En fin de compte, c’est pas mal Sex And The City. Clairement, à 16 ans, les concepts de double standard, d’empowerment, et même de féminisme qui parsèment les épisodes m’étaient complètement étrangers. Tout est fait également pour que l’on s’identifie aux personnages et à leur vie quotidienne, tout du moins si l’on est une jeune femme active de classe moyenne.

Je n’ai regardé que quelques épisodes, je peux donc dire que j’ai trouvé ça plus intéressant et divertissant qu’il y a une dizaine d’années, mais ça n’a pas été un coup de coeur non plus. Peut être aussi parce que mon quotidien ne ressemble pas à celui de Carrie, mes convictions sont loin de celles de Samantha, je trouve le style vestimentaire de Charlotte vraiment moyen et Miranda est quand même un peu rigide.

Pour autant, à l’heure qu’il est, en pijama dans ma chambre d’ado chez mes parents (uniquement pour le week end, ouf!), je n’aurais pas dit non à une petite dose de glamour, de discussions entre copines et de phrases choc à la sauce Samantha:

“Money is power, sex is power, therefore getting money for sex is just an exchange of power.”

“Men give, women receive, that’s biological destiny.”

giphy

Je crois qu’aucune série ne viendra jamais détrôner Buffy contre les vampires en ce qui me concerne…


Et vous, aimez-vous SATC? Quelle série de votre jeunesse aimeriez-vous redécouvrir?

Advertisements

One thought on “Sex And The City, 10 ans plus tard

  1. J’étais mega fan de la série quand j’étais étudiante (il y a plus de 10ans) et puis j’ai fait une grosse pause. Bon j’ai vu les films qui étaient sympathiques mais sans plus et finalement je me suis refait toutes les saisons cet été avec un immense plaisir ! Etant trentenaire ça me parle vraiment plus et on devient la cinquième copine l’air de rien 😉

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s